Chute libre (Black Mirror), Joe Wright, Netflix, 2016

Situation de crise : une newsroom vous aidera à contrer le tribunal médiatique

Internet a permis l’avènement d’un tribunal médiatique propice à la mise en cause gratuite des personnes et des entreprises.
Les réseaux sociaux, mais aussi les plateformes d’avis, notamment Google my Business, troublent les réputations en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Les consommateurs participent eux-mêmes à la curée par leurs commentaires impitoyables sur tout ce qu’ils considèrent comme un tort à leur encontre.

Pour les chefs d’entreprise, ne pas se préparer à cette éventualité serait une erreur.

Tout d’abord, parce que ça n’arrive pas qu’aux autres. Un accident touchant un ou plusieurs employés, un préjudice environnemental, un conflit d’affaires, un partenaire indélicat ou un scandale peuvent éclabousser la plus placide des entreprises. Ensuite, parce qu’Internet occupe désormais une place sans partage dans l’évaluation des entreprises. Dans leurs recherches d’un nouveau fournisseur, les acheteurs B2B y scrutent tout ce qui leur donnera une première impression ; une première impression immédiatement refroidie s’ils devaient découvrir des articles de presse incriminant directement ou indirectement l’entreprise. La mise au ban serait immédiate : dans un espace concurrentiel saturé, la sélection se fait par élimination et en premier lieu sur les critères subjectifs de la réputation.

La e-réputation, c’est la réputation tout court

De par la puissance de leur référencement naturel, les articles des quotidiens dominants, tels que la Tribune de Genève ou le Temps remontent sur une simple requête et laissent une trace indélébile sur Internet ; face à une telle situation, le conseil juridique revient à l’avocat. Mais, pour ce qui est de la communication, c’est au chef d’entreprise d’initier un dispositif utile à maintenir la confiance des clients et à apporter une réponse crédible à la mise en cause médiatique.
Comment ? Avec une actualité accessible à tous, une prise de position managériale sincère, une réponse ferme aux accusations et des points de situation réguliers. Une newsroom arrimée au site Internet est le support idéal pour cela.

Qu’est-ce qu’une newsroom et quel rôle tient-elle en situation de crise ?

Une newsroom, c’est tout d’abord le journal de bord de l’entreprise, au-delà de la fonction commerciale. Dans cet espace, le décideur et le noyau stratégique disposent (enfin) d’un moyen d’expression à destination des collaborateurs, des clients, des partenaires et du grand public. La newsroom constitue en outre un extraordinaire catalyseur interne et externe autour de sujets RSE, philanthropiques, ou culturels valorisant la dimension éthique.
En situation de crise médiatique, où les entreprises se sentent souvent impuissantes et muettes, elle constitue une plateforme de réponse et d’information permanente, qui relativise les événements en les associant aux prises de position de la Direction. Elle sert de support à la publication et à la propagation sur Internet des mises au point, pouvant être relayées par e-mail aux clients et partenaires.
La newsroom est la voix de l’entreprise dans l’espace numérique. Elle lui  permet de se défendre efficacement contre les attaques médiatiques et les contenus négatifs, en révélant sa vision de la situation, dans un environnement favorable où la vérité peut s’exprimer librement.

 

PARTAGER
Ces articles peuvent vous intéresser